Le 31 août 1895, le corps de Victor Portalier (16 ans), un berger est retrouvé près de Bénonces dans l’Ain. Il a été éventré, égorgé et mutilé aux parties génitales. Un vagabond a été aperçu dans les alentours. 
Le 19 juin 1897 à Courzieu-la-Giraudière dans le Rhône, le corps d’un autre berger, Pierre Laurent (13 ans) est découvert. Il a été égorgé et mutilé aux parties génitales. 
Le juge d’instruction, Emile Fourquet, chargé de l’affaire fait le rapprochement entre les deux dossiers et apprend que 7 autres meurtres similaires ont eu lieu. A l’aide de tout les dossiers, le juge Fourquet fait une description physique de l’assassin et le 10 juillet 1897, le signalement du meurtrier est diffusé dans la France entière. 
Le 4 août 1897, Joseph Vacher (28 ans) est pris en flagrant délit “d’outrages publics à la pudeur” dans un bois à Champis, en Ardèche. Il a tenté d’agresser une fermière, Marie Plantier. Alerté par les cris de la victime, le mari de celle-ci est venu à son secours et a permis l’arrestation. 
Le 7 septembre 1897, Joseph Vacher est condamné à trois mois de prison par le tribunal de Tournon. L’homme correspond au signalement du juge Fourquet et le 10 septembre transféré. 
Joseph Vacher est reconnu par les témoins comme étant le vagabond dans l’affaire Victor Portalier. Ce soir là, il fait parvenir une lettre au juge enfin d’expliquer son comportement.
Le 10 octobre 1897, après avoir refusé de parler jusque là, Joseph Vacher passe aux aveux d’abord pour huit meurtres. Une nouvelle expertise médicale de l’état mental de Joseph Vacher est demandé. La première établi à la prison de Belley le 19 septembre 1897 par le docteur Bozonnet indiqué que “Le nommé Vacher, détenu, est atteint de débilité mentale, d’idées fixes voisines des idées de persécutions, de dégoût profond pour la vie régulière." Mais le 22 juillet 1898 après 8 mois d’expertise, le rapport du docteur Lacassagne déclare que : Joseph Vacher n’est pas aliéné, il est immorale, violent, temporairement atteint de délire mélancolique avec idée de persécution et de suicide, antisocial et sadique.
Le 28 octobre 1898, Joseph Vacher est reconnu coupable après un quart d’heure de délibérations et sans tenir compte de ses graves antécédents médicaux pour l’assassinat de Victor Portalier. Il est condamné à la peine de mort.
Le 31 décembre 1898, il est guillotiné sur le Champ-de-Mars de Bourg-en-Bresse.
Joseph Vachera avoué 12 crimes :
1- Le 20 mai 1894 à Beaurepaire dans l’Isère, Eugénie Delhomme (21 ans) est assassinée puis violée ;
2- Le 20 novembre 1894 à Vidauban dans le Var, Louise Marcel (13 ans) fille de fermier, est assassinée, éventrée et mutilée ;
3- Le 12 mai 1895 à Étaules en Côte-d’Or, Augustine Mortureux (17 ans) est égorgée et assassinée ;
4- Le 24 août 1895 à Saint-Ours en Savoie, Dame veuve Morans (58 ans) est assassinée, égorgée puis violée ;
5- Le 31 août 1895 à Bénonces dans l’Ain, Victor Portalier (15 ans), berger, est assassiné puis violé ;
6- Le 22 septembre 1895 à Truinas dans la Drôme, Aline Alaise (13 ans) est assassinée ;
7- Le 29 septembre 1895 à Saint-Étienne-de-Boulogne en Ardèche, Pierre Massot-Pelé (14 ans), berger, est assassiné égorgé puis violé ;
8- Le 1er mars 1896 à Noyen-sur-Sarthe dans la Sarthe, Marie Derouet, (11 ans) est égorgée et subit une tentative de viol, elle est sauvée par un garde ;
9- Le 10 septembre 1896 à Busset dans l’Allier, Marie Moussier-Lorut (19 ans) est assassinée ;
10- Le 1er octobre 1896 à Varennes-Saint-Honorat en Haute-Loire, Rosine Rodier (14 ans), bergère, est assassinée ;
11- Fin mai 1897 à Tassin-la-Demi-Lune dans le Rhône, Claudius Beaupied (14 ans), vagabond, est assassiné et jeté dans un puits. Son corps ne sera retrouvé que cinq mois plus tard ;
12- Le 18 juin 1897 à Courzieu-la-Giraudière dans le Rhône, Jean-Pierre Laurent (13 ans), domestique de ferme, est assassiné puis violé.
La police pense que Joseph Vacher pourrait avoir fait beaucoup plus de victimes. 

Des crimes presque parfaits: Joseph Vacher, tueur en série
Film le juge et l’assassin
Dossier complet sur “hérésie.com” 
Galerie photos (31 photos)

Le 31 août 1895, le corps de Victor Portalier (16 ans), un berger est retrouvé près de Bénonces dans l’Ain. Il a été éventré, égorgé et mutilé aux parties génitales. Un vagabond a été aperçu dans les alentours.

Le 19 juin 1897 à Courzieu-la-Giraudière dans le Rhône, le corps d’un autre berger, Pierre Laurent (13 ans) est découvert. Il a été égorgé et mutilé aux parties génitales.

Le juge d’instruction, Emile Fourquet, chargé de l’affaire fait le rapprochement entre les deux dossiers et apprend que 7 autres meurtres similaires ont eu lieu. A l’aide de tout les dossiers, le juge Fourquet fait une description physique de l’assassin et le 10 juillet 1897, le signalement du meurtrier est diffusé dans la France entière.

Le 4 août 1897, Joseph Vacher (28 ans) est pris en flagrant délit d’outrages publics à la pudeur dans un bois à Champis, en Ardèche. Il a tenté d’agresser une fermière, Marie Plantier. Alerté par les cris de la victime, le mari de celle-ci est venu à son secours et a permis l’arrestation.

Le 7 septembre 1897, Joseph Vacher est condamné à trois mois de prison par le tribunal de Tournon. L’homme correspond au signalement du juge Fourquet et le 10 septembre transféré.

Joseph Vacher est reconnu par les témoins comme étant le vagabond dans l’affaire Victor Portalier. Ce soir là, il fait parvenir une lettre au juge enfin d’expliquer son comportement.

Le 10 octobre 1897, après avoir refusé de parler jusque là, Joseph Vacher passe aux aveux d’abord pour huit meurtres. Une nouvelle expertise médicale de l’état mental de Joseph Vacher est demandé. La première établi à la prison de Belley le 19 septembre 1897 par le docteur Bozonnet indiqué que Le nommé Vacher, détenu, est atteint de débilité mentale, d’idées fixes voisines des idées de persécutions, de dégoût profond pour la vie régulière." Mais le 22 juillet 1898 après 8 mois d’expertise, le rapport du docteur Lacassagne déclare que : Joseph Vacher n’est pas aliéné, il est immorale, violent, temporairement atteint de délire mélancolique avec idée de persécution et de suicide, antisocial et sadique.

Le 28 octobre 1898, Joseph Vacher est reconnu coupable après un quart d’heure de délibérations et sans tenir compte de ses graves antécédents médicaux pour l’assassinat de Victor Portalier. Il est condamné à la peine de mort.

Le 31 décembre 1898, il est guillotiné sur le Champ-de-Mars de Bourg-en-Bresse.

Joseph Vachera avoué 12 crimes :

1- Le 20 mai 1894 à Beaurepaire dans l’Isère, Eugénie Delhomme (21 ans) est assassinée puis violée ;

2- Le 20 novembre 1894 à Vidauban dans le Var, Louise Marcel (13 ans) fille de fermier, est assassinée, éventrée et mutilée ;

3- Le 12 mai 1895 à Étaules en Côte-d’Or, Augustine Mortureux (17 ans) est égorgée et assassinée ;

4- Le 24 août 1895 à Saint-Ours en Savoie, Dame veuve Morans (58 ans) est assassinée, égorgée puis violée ;

5- Le 31 août 1895 à Bénonces dans l’Ain, Victor Portalier (15 ans), berger, est assassiné puis violé ;

6- Le 22 septembre 1895 à Truinas dans la Drôme, Aline Alaise (13 ans) est assassinée ;

7- Le 29 septembre 1895 à Saint-Étienne-de-Boulogne en Ardèche, Pierre Massot-Pelé (14 ans), berger, est assassiné égorgé puis violé ;

8- Le 1er mars 1896 à Noyen-sur-Sarthe dans la Sarthe, Marie Derouet, (11 ans) est égorgée et subit une tentative de viol, elle est sauvée par un garde ;

9- Le 10 septembre 1896 à Busset dans l’Allier, Marie Moussier-Lorut (19 ans) est assassinée ;

10- Le 1er octobre 1896 à Varennes-Saint-Honorat en Haute-Loire, Rosine Rodier (14 ans), bergère, est assassinée ;

11- Fin mai 1897 à Tassin-la-Demi-Lune dans le Rhône, Claudius Beaupied (14 ans), vagabond, est assassiné et jeté dans un puits. Son corps ne sera retrouvé que cinq mois plus tard ;

12- Le 18 juin 1897 à Courzieu-la-Giraudière dans le Rhône, Jean-Pierre Laurent (13 ans), domestique de ferme, est assassiné puis violé.

La police pense que Joseph Vacher pourrait avoir fait beaucoup plus de victimes.

Des crimes presque parfaits: Joseph Vacher, tueur en série

Film le juge et l’assassin

Dossier complet sur hérésie.com 

Galerie photos (31 photos)


Le jeudi 2 février 1933 au Mans,René Lancelin se rend à la police car bien que sa femme, sa fille et les 2 bonnes se trouvent à son domicile personne n’ouvre la porte.
Quand la police entre dans la maison, elle découvre les cadavres de Léonie et Geneviève Lancelin énucléées, frappées à coups de marteau et de couteau.
Puis il cherche les domestiques Christine Papin (28 ans) et Léa Papin (22 ans) qui se trouve enfermées dans leur chambre de bonne, collées l’une à l’autre au fond du même lit un marteau couvert de sang à leur coté. Elles avouent immédiatement avoir commis le double meurtre de leurs patronnes en légitime défense.
Lors de l’interrogatoire, les sœurs Papin raconte en détail le terrible double meurtre qu’elles viennent de perpétrer. Une expertise psychiatrique est demandée, elle sont déclarées responsables de leurs actes avec responsabilité partagée. Le 12 juillet 1933, Christine Papin change ses déclarations et indique qu’elle n’a pas agit en légitime défense mais suite à un accès de colère et que sa sœur n’était pas là au début de l’attaque.
Le 29 septembre 1933, Christine Papin est condamnée à la peine de mort pour double meurtre et Léa Papin est condamnéeà dix ans de travaux forcés et vingt ans d’interdiction de séjour pour meurtre avec collaboration.
Le 22 janvier 1934, la peine de Christine Papin est commuée aux travaux forcés à perpétuité mais elle sombre dans un état dépressif avec refus d’alimentation. Elle a alors envoyée en hôpital psychiatrique où elle meurt le 18 mai 1937 à 32 ans.
le 2 février 1943, Léa Papin est libérée. Elle meurt le 24 juillet 2001 à l’âge de 89 ans.
Des crimes presque parfaits ~ Les Soeurs Papin (S3E6) : ici
Galerie photos

Le jeudi 2 février 1933 au Mans,René Lancelin se rend à la police car bien que sa femme, sa fille et les 2 bonnes se trouvent à son domicile personne n’ouvre la porte.

Quand la police entre dans la maison, elle découvre les cadavres de Léonie et Geneviève Lancelin énucléées, frappées à coups de marteau et de couteau.

Puis il cherche les domestiques Christine Papin (28 ans) et Léa Papin (22 ans) qui se trouve enfermées dans leur chambre de bonne, collées l’une à l’autre au fond du même lit un marteau couvert de sang à leur coté. Elles avouent immédiatement avoir commis le double meurtre de leurs patronnes en légitime défense.

Lors de l’interrogatoire, les sœurs Papin raconte en détail le terrible double meurtre qu’elles viennent de perpétrer. Une expertise psychiatrique est demandée, elle sont déclarées responsables de leurs actes avec responsabilité partagée. Le 12 juillet 1933, Christine Papin change ses déclarations et indique qu’elle n’a pas agit en légitime défense mais suite à un accès de colère et que sa sœur n’était pas là au début de l’attaque.

Le 29 septembre 1933, Christine Papin est condamnée à la peine de mort pour double meurtre et Léa Papin est condamnéeà dix ans de travaux forcés et vingt ans d’interdiction de séjour pour meurtre avec collaboration.

Le 22 janvier 1934, la peine de Christine Papin est commuée aux travaux forcés à perpétuité mais elle sombre dans un état dépressif avec refus d’alimentation. Elle a alors envoyée en hôpital psychiatrique où elle meurt le 18 mai 1937 à 32 ans.

le 2 février 1943, Léa Papin est libérée. Elle meurt le 24 juillet 2001 à l’âge de 89 ans.

Des crimes presque parfaits ~ Les Soeurs Papin (S3E6) : ici

Galerie photos


L’enigme de l’impasse Ronsin
Le 31 mai 1908, Rémy Couillard découvre Marguerite Steinheil bâillonnée et ligotée au lit, Émilie Japy morte dans sa chambre une corde autour du cou, puis il découvre le corps d’Adolphe Steinheil lui aussi une corde autour du cou. 
Marguerite Steinheil explique aux policiers avoir été attachée par trois hommes barbu en habits noirs et une femme rousse. La police croit peu la version de Marguerite Steinheil. L’autopsie démontre qu’Adolphe Steinheil a été étranglé par un homme et tenu par un autre. Émilie Japy est morte étouffé, un morceau de coton dans la gorge.
Marguerite Steinheil est connu pour avoir été l’amante du président Félix Faure 10 ans plutôt. 
Le 21 novembre 1908, Rémy Couillard est arrêté, une perle disparue le soir du drame a été retrouvée dans son porte-feuille. Mais le bijoutier de Marguerite Steinheil explique qu’il a modifiée des bijoux à la demande de celle-ci et que cette perle fait partie du lot. Marguerite Steinheil est interrogé et déclare avoir fait accusé Rémy Couillard à la place du vrai coupable du fils de sa gouvernante Alexandre Wolf mais celui-ci est innocenté immédiatement. 
Le 26 novembre 1908, Marguerite Steinheil est arrêtée pour complicité d’assassinat et incarcérée à la prison Saint-Lazare. Puis l’accusation est changé en accusation d’assassinat quand la police découvre que les bijoux n’ont pas été volés. Le 3 novembre 1909, le procès très médiatisé s’ouvre. 
Le 14 novembre 1909, après une plaidoirie de son avocat de plus de sept heures, Marguerite Steinheil est acquittée, bien que le juge ait qualifié son discours de “tissu de mensonges”.
Après le procès, Marguerite Steinheil part vivre à Londres sous le nom de Mme de Serignac. Elle rédige ses mémoires en 1912. Le 26 juin 1917, elle épouse Robert Brooke Campbell Scarlett, sixième baron Abinger. Le 18 juillet 1954, Marguerite Steinheil meurt dans une maison de repos à Hove, dans le comté de Sussex. 
Des crimes presque parfaits ~ Affaire Steinheil, la veuve rouge (S3E5) : ici
Galerie photos : ici

L’enigme de l’impasse Ronsin

Le 31 mai 1908, Rémy Couillard découvre Marguerite Steinheil bâillonnée et ligotée au lit, Émilie Japy morte dans sa chambre une corde autour du cou, puis il découvre le corps d’Adolphe Steinheil lui aussi une corde autour du cou. 

Marguerite Steinheil explique aux policiers avoir été attachée par trois hommes barbu en habits noirs et une femme rousse. La police croit peu la version de Marguerite Steinheil. L’autopsie démontre qu’Adolphe Steinheil a été étranglé par un homme et tenu par un autre. Émilie Japy est morte étouffé, un morceau de coton dans la gorge.

Marguerite Steinheil est connu pour avoir été l’amante du président Félix Faure 10 ans plutôt. 

Le 21 novembre 1908, Rémy Couillard est arrêté, une perle disparue le soir du drame a été retrouvée dans son porte-feuille. Mais le bijoutier de Marguerite Steinheil explique qu’il a modifiée des bijoux à la demande de celle-ci et que cette perle fait partie du lot. Marguerite Steinheil est interrogé et déclare avoir fait accusé Rémy Couillard à la place du vrai coupable du fils de sa gouvernante Alexandre Wolf mais celui-ci est innocenté immédiatement. 

Le 26 novembre 1908, Marguerite Steinheil est arrêtée pour complicité d’assassinat et incarcérée à la prison Saint-Lazare. Puis l’accusation est changé en accusation d’assassinat quand la police découvre que les bijoux n’ont pas été volés. Le 3 novembre 1909, le procès très médiatisé s’ouvre. 

Le 14 novembre 1909, après une plaidoirie de son avocat de plus de sept heures, Marguerite Steinheil est acquittée, bien que le juge ait qualifié son discours de “tissu de mensonges”.

Après le procès, Marguerite Steinheil part vivre à Londres sous le nom de Mme de Serignac. Elle rédige ses mémoires en 1912. Le 26 juin 1917, elle épouse Robert Brooke Campbell Scarlett, sixième baron Abinger. Le 18 juillet 1954, Marguerite Steinheil meurt dans une maison de repos à Hove, dans le comté de Sussex. 

Des crimes presque parfaits ~ Affaire Steinheil, la veuve rouge (S3E5) : ici

Galerie photos : ici


Ted Bundy’s volkswagen. It even still has the front seat removed.

Ted Bundy’s volkswagen. It even still has the front seat removed.

(via enemy-combatant)



Le 11 janvier 1993, un feu éclate à Prévessin-Moëns dans l’Ain, les pompiers retrouvent Jean-Claude Romand (39 ans) inconscient et gravement brûlé. À l’étage se trouve les corps de sa femme Florence (37 ans) et ses enfants.

La police découvre que le feu a plusieurs foyer et que la famille n’est pas morte des causes de l’incendie puisque leur mort est daté du 8 janvier. Florence Romand a été frappé, Caroline (7 ans) et Antoine (5 ans) ont été tué à l’aide d’une carabine.

Les corps d’Aimé et Anne-Marie Romand, les parents de Jean-Claude Romand, sont également retrouvé dans leur maison de Clairvaux-les-Lacs dans le Jura, ils ont reçu plusieurs balles dans le dos. Le chien a également été tué .

Corinne Hourtin, la maîtresse de Jean-Claude Romand, a porté plainte contre son amant qui a tenté de la tué le 9 janvier en forêt de Fontainebleau.

La police découvre rapidement que Jean-Claude Romand a menti a ses proches depuis 18 ans. Il se prêtent médecin travaillant à l’OMS mais il n’a jamais obtenu son diplôme.

Jean-Claude Romand sort du coma fin janvier. Il invente une histoire de commando mais il avoue les faits quand la police lui append tout se qu’elle fait.

Il semble qu’au moment des faits, sa famille était sur le point de découvrir la vérité à son sujet, de plus ses ressources s’étaient progressivement épuisées.

Le 2 juillet 1996, Jean-Claude Romand est condamné à la réclusion à perpétuité, assortie de vingt-deux ans de sûreté. Compte tenu de la détention préventive, il est libérable en 2015.

Dossiers Karl Zéro ~ Jc Romand Autopsie D’un Mensonge : ici

Jean-Claude Romand - Le Roman D’un Menteur : ici

Galerie photos : ici


tedbunny:

Photographs of serial killer Myra Hindley. Hindley murdered 5 children with her partner Ian Brady in what was known as The Moors Murders, due to the fact they buried the bodies on Saddleworth Moor.


zodiac ? 

zodiac ? 



welcometothe1jungle:

Ted Bundy began studying psychology in the mid 70s. Of course, he was one of the best students. In 1971. He began working in Seattle, in the crisis center for suicide prevention (telephone counseling). There he met Ann Rule, a former police officer and future crime writer, who would later write the biography of Bundy "The Stranger Beside Me". One of the first people who has reported Bundy as a potential suspect was one of his professors.
Serial-Killers

welcometothe1jungle:

Ted Bundy began studying psychology in the mid 70s. Of course, he was one of the best students. In 1971. He began working in Seattle, in the crisis center for suicide prevention (telephone counseling). There he met Ann Rule, a former police officer and future crime writer, who would later write the biography of Bundy "The Stranger Beside Me". One of the first people who has reported Bundy as a potential suspect was one of his professors.

Serial-Killers


“Sometimes I feel like a vampire.” Ted Bundy 

“Sometimes I feel like a vampire.” Ted Bundy 

(via ill-catch-you-now)


tedbunny:

Souvenirs serial killer Edmund Kemper collected from his victims

tedbunny:

Souvenirs serial killer Edmund Kemper collected from his victims


Le 18 juillet 1984 à Montréal, le corps de Denise Morelle (57 ans) est retrouvé.

Elle a été battue, brûlée au fer rouge, agressée sexuellement puis étranglée avec une corde.

La police ne trouve aucune piste permettant de lier la victime à son meurtrier.

Le meurtre est irrésolu pendant 23 ans jusqu’à ce que des test ADN identifie l’ADN retrouvé sur le corps de Denise Morelle comme étant celui de Gaétan Bissonnette. Il était enregistré dans les bases de données après avoir été reconnu coupable d’entrée par effraction et de possession de biens volés en 2005 et déjà condamné pour agression sexuelle.

Le 8 août 2007, la police de Montréal annonçait l’arrestation et la comparution imminente de Gaétan Bissonnette (49 ans). Lors de l’interrogatoire il avoue les faits, il a indiqué qu’il occupé illégalement le logement que Denise Morelle venait visité et qu’ il l’a agressé quand elle est entré dans le logement.

le 16 novembre 2007, Gaétan Bissonnette plaide coupable à une accusation réduite de meurtre au second degré et le 30 novembre 2007 il est condamné à perpétuité avec un minimum de 20 ans.

Galerie photo : ici

Homicides ~L’affaire Denise Morelle EP 05 : ici


Baker Ranch


August 16, 1969 Spahn Ranch, Manson  familly arrest

Le 16 août 1969 à Spahn Ranch,  arrestation de la Manson familly